★ Les chiens noirs du Mexique ★

M. LeChieur, gros mots sur les internets depuis 2002

Archives janvier 2014

52

Aujourd’hui je n’ai rien fait
Mais beaucoup de choses se sont faites en moi.

Des oiseaux qui n’existent pas
ont trouvé leur nid.
Des ombres qui peut-être existent
ont rencontré leurs corps.
Des paroles qui existent
ont recouvré leur silence.

Ne rien faire
sauve parfois l’équilibre du monde,
en obtenant que quelque chose aussi pèse
sur le plateau vide de la balance.

Roberto Juarroz, Treizième poésie verticale (1993)

2014

Je vous souhaite une année de découvertes et d’éblouissements, de partages passionnés, de rencontres passionnantes. Je vous souhaite une année qui jubile, qui secoue, qui transmet. Je vous souhaite des amours ardentes à vous en décoller la peau, des errances émerveillées et des bains de lumière pour vous reposer. Je vous souhaite des vagues de bien-être pour araser les dunes, des clairs de lune frissonnants, des nuits blanches où l’on réinvente le monde, des départs fébriles et des retours comblés. Je vous souhaite des sourires tout autour de vous, tout le temps. Je vous souhaite de recevoir toute la tendresse de l’univers et de ne jamais être à court d’éclats de rires en embuscade. Je vous souhaite de n’éprouver ni le manque, ni la crainte, ni la douleur, mais d’avoir toujours des mains douces à portée de vos mains.

Oui, je souhaite sincèrement à tout le monde une année de découvertes, d’amour, de désir(s), de plaisir(s), de rires et d’inventions − à mes amis, bien sûr, mais encore plus à mes ennemis. Parce que s’il y avait un peu plus de gens heureux, par ici, on ne perdrait pas autant de temps avec les peurs rances qui sont en train de nous repeindre ce pays en vert-de-gris.