Cette semaine, j’ai tenu la plus belle fille du monde dans mes bras.

J’ai voulu lui chanter une chanson douce, mais elle m’a prié d’arrêter.

Ensuite, j’ai essayé de l’embrasser gauchement sur la joue, mais elle m’a repoussé de la main, avec ce petit rire ensorcelant qu’elles ont, les plus belles filles du monde.

Un peu humilié, le Nonal.

Alors je l’ai reposée au milieu de ses doudous, je lui ai donné son lapin en peluche, et elle s’est endormie. Les plus belles filles du monde, c’est pas des gens comme nous.