(Préambule : ce billet s’adresse aux 3 ou 4 vieux de la vieille qui passent de temps en temps. Si tu viens de débarquer, ami(e) lecteur(trice), tu vas salement t’emmerder !)

Ça fait déjà plusieurs semaines que j’ai entrepris de rapatrier ici les archives du blog, et force m’est de constater que c’est un boulot de titan : tout relire, laisser de côté les billets impubliables (parce qu’ils commentaient une info périmée ou un site fermé, parce qu’ils s’ornaient de photos perdues depuis, parce qu’ils annonçaient l’un ou l’autre de mes innombrables déménagements, par exemple), réparer les liens cassés, mettre de l’ordre dans les catégories, éventuellement ajouter des tags… Et puis je retombe sur des textes que j’avais oubliés (forcément, en plus de dix ans…), alors, en bonne andouille amnésique, je les relis et ça prend du temps. Sans parler des crocs-en-jambe de la mémoire : ce blog était un tel fourre-tout qu’entre deux vitupérations, trois chouineries et un gros paquet d’anecdotes sans intérêt, on y trouve aussi des lieux de souvenir qui ont de l’importance pour moi — même si ça n’a en a que pour moi, pas question que je les supprime, ceux-là.

Bref, c’est beaucoup plus long que prévu et je viens de réaliser que ça va me demander un travail un peu plus systématique que celui que j’avais envisagé de prime abord. En attendant, on peut quand même se balader dans les archives (mais c’est le bordel). On y retrouvera la série des gars du marketing, évidemment, mais aussi le fameux nonalito qui avait apparemment marqué plusieurs fidèles de ce blog (et, à la relecture, je me demande bien pourquoi). Quand j’aurai fini, je publierai un récapitulatif avec les catégories, les différents tags et les billets que je préfère. En attendant, je lance un appel solennel : est-ce que quelqu’un aurait gardé “Un poulpe dans le rétroviseur” ? (Impossible de remettre la main sur ces trucs, je crois que les ai perdus à tout jamais…)

À bientôt !