juillet 2004

dimanche 18 juillet 2004

Le cadeau pour les maîtres

A l’école, vers la fin de l’année scolaire, une tradition tenace semait chaque année le mystère et la conspiration : le cadeau pour les maîtres. Un samedi de juin, les grands enfourchaient leur vélo, et s’en allaient faire la collecte dans les fermes. Pour l’occasion, tout le village se mélangeait pacifiquement : ceux d’en haut avec ceux d’en bas, ceux de la Main Rouge avec les autres, et les vieilles rancunes s’oubliaient le temps d’une louable quête : rapporter l’argent nécessaire pour le cadeau de fin d’année des deux instituteurs de l’école. Partout, on leur ouvrait grandes les portes, même quand il n’y avait plus d’enfant à scolariser. On sortait une bouteille de cidre pour l’occasion....

Lire la suite...

mercredi 28 juillet 2004

Such a perfect day

Aujourd’hui, j’ai bu un petit café tranquille, puis j’ai fait un peu de jardinage, et j’ai récupéré les petits chez la nourrice. Leur mère était partie se promener avec la sienne (de mère), alors on a mangé tous les trois, on a joué un peu et on a fait la sieste. Après, on est allés se promener, on a acheté des fruits pour le goûter, on a testé le toboggan au square. Puis on est rentrés, on a joué dehors pendant une heure avec le chien Pépère, j’ai cuit des pâtes, leur mère est rentrée avec la sienne (de mère), j’ai lu De la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête[1], et ils se sont couchés. Là, je me suis fait couler un bain, je vais me siroter un Perrier glacé en...

Lire la suite...