août 2004

jeudi 5 août 2004

Météo

Il y a bien des années, un rebouteux habitait dans la petite maison en briques, tout au bout du village. Les rebouteux, c’est très utile dans mon coin. Parce que ça soigne le carreau. Le carreau, c’est une maladie un peu confuse, qui ne frappe que les normands, et qui fait mal au ventre. On s’en débarasse en se faisant toucher. Ou alors, en consultant un vrai médecin inscrit à l’ordre. Mais là, il peut y avoir des surprises : je connais une fille qui était allée voir le docteur parce qu’elle trouvait que le carreau la lançait quand même plus que d’habitude. Le toubib lui a pas touché le ventre en faisant des incantations bizarres, mais il lui a annoncé qu’elle était enceinte depuis six mois ...

Lire la suite...

samedi 7 août 2004

Dans le tas de bois

Petite semaine de retour aux sources, chez mes parents. C’était cool. J’aime bien cette grande maison, j’aime bien le verger aussi. Il y a un coin où il y fait toujours frais, juste sous le tilleul. Les branches rejoignent celles du noisetier, ça fait une sorte de tonnelle naturelle. Bref. L’autre jour, on déjeunait sous l’arbre, tranquillement, quand on a entendu des couinements qui venaient du tas de bois. D’abord j’ai cru que c’était le chien de ma grand-mère, un yorkshire un peu aigri qui n’aime pas trop quand mon grand couillon de clebs se promène dans le coin. Mais non, ça venait réellement de dessous les bûches. Alors je me suis levé, et j’ai pris mon courage à deux mains pour...

Lire la suite...

mercredi 11 août 2004

B-A, BA

Ce qui était pratique avec les écoles rurales, c’est le côté rural, justement. Dans celle que j’ai fréquentée, il y avait deux classes, deux instits, et une bande de mômes de 4 à 12 ans. L’année où j’ai fait ma première rentrée, en grande section de maternelle (à quatre ans et demi, le luxe !), on n’était que deux petits, Sandrine et moi. Comme il y avait des brouettées de CP et que les cubes en plastique ne nous passionnaient que très moyennement, on a fait comme les autres : on a appris à déchiffrer les mots que la maîtresse nous distribuait sur de minuscules paperoles. Ca fait que pour mon cinquième anniversaire, je savais lire. “Ah oui, tu dis que tu sais lire…”, me disait la dame de...

Lire la suite...

lundi 16 août 2004

Ron-ron

Ca fait donc 12 jours qu’on a trouvé Le Chat dans son tas de bois. Et une semaine qu’il est sevré. Heureusement, d’ailleurs. Vous avez déjà essayé de donner le biberon à un chaton ? Faut surtout pas être pressé. Après avoir essayé de lui faire subir les pires outrages pendant une grosse semaine, le chien le plus bête de l’Ouest s’est calmé, et les deux bestioles commencent à s’entendre. Sauf pour les histoires de bouffe, évidemment. On ne rigole pas avec ces choses-là, chez les quadrupèdes. En revanche, l’axiome selon lequel je tombe toujours sur les animaux les plus bizarres de la création continue de se vérifier : j’ai le sentiment que ces deux-là ont de graves problèmes d’identité. Le...

Lire la suite...

mardi 17 août 2004

Mémères

Bon, d’accord, les quadrupèdes ne me sont pas totalement indifférents. Tout à l’heure, il y en avait un qui dormait sur mon épaule pendant que l’autre se laissait caresser distraitement la tête, et je me disais que c’était bien reposant, tout ça. Mais alors s’il y a un truc qui m’énerve, ce sont les mémères à chienchiens, et toute l’économie qui s’y rapporte. Pourtant, aujourd’hui, j’ai emmené mon clebs chez Coiff’Toutou. Je sais, c’est vicieux. Mais ça fait des semaines qu’il se traîne à cause de la chaleur, et je me suis dit que c’était l’occasion d’un nettoyage complet. Et puis, quand c’est moi qui lui donne son bain, j’ai mes pudeurs. Je touche pas aux organes de l’entre-patte, ça me...

Lire la suite...