mai 2005

mercredi 18 mai 2005

Avoiiiiiir un bon copain...

Ca faisait bien longtemps que je ne vous avais pas donné de nouvelles de mes deux imbéciles à quatre pattes. Voilà donc une lacune que je vais m’efforcer de combler. J’avais raison de m’inquiéter : si le chat croit vaguement que je suis sa mère (je l’ai nourri au biberon, ça rapproche), le chien, lui, se prend pour son père (à l’exception des moments où sa libido pathologique l’incline à vérifier l’adage selon lequel “les chats ne font pas des chiens”). Gros, TRES GROS problèmes d’identité chez le félin qui, à 11 mois révolus, ne sait toujours pas miauler. Ni ronronner. Ni se laver. En revanche, le chien a beaucoup appris de son nouveau copain : comment il est agréable de ne rien faire du...

Lire la suite...

dimanche 29 mai 2005

Crise d'adolescence

Et voilà ! On leur donne le biberon, on veille jalousement sur leur croissance et leur épanouissement, on essaie de leur donner la meilleure éducation possible… Et puis ils grandissent trop vite. Alors qu’ils ne pouvaient pas se passer de nos genoux, de nos câlins et de notre présence, les voilà qui feignent de nous ignorer quand on les croise dans la salle de bains. Ils sortent le soir, avalent n’importe quoi, rentrent aux lueurs de l’aube, et font la grasse matinée jusqu’à 14 heures. Nous, pendant ce temps-là, on s’active pour leur offrir des conditions de vie suffisamment dignes, et pour leur mitonner des petits plats qui ne susciteront qu’une moue boudeuse. Le mien disparaît toutes les...

Lire la suite...

mardi 31 mai 2005

C'est clair

J’adore le train. Je m’installe en zone fumeur, je prends mon bouquin, je rêvasse un bon coup… On se sent porté, bercé, entouré de silence. Ah, que c’est bon ! Sauf le vendredi soir. Le vendredi soir, le train c’est la merde. C’est rempli de jeunes qui rentrent chez eux, histoire de soutirer du fric à leurs vieux parents. Avec ça, ils vont aller se rouler dans le stupre et fumer des trucs bizarres, ça me dégoûte. De notre temps, on fumait des pétards, on se marrait. Eux, ils roulent des “p’tits bédots”, que je sais même pas comment que ça s’écrit. Les jeunes, c’est rien que des cons. Le vendredi soir, dans le train, y a des portables qui sonnent, et des autistes qui répondent très fort, en...

Lire la suite...