février 2010

jeudi 4 février 2010

Cher monsieur le ministre

Cher monsieur le ministre de l’éducation nationale, J’apprends que, deux jours après avoir reçu une lettre ouverte de Christine Boutin, vous avez obtempéré et décidé de vous opposer à la diffusion du film Le Baiser de la Lune auprès des CM1-CM2, arguant que “traiter ces sujets en primaire, ça (vous) semble prématuré”. Bin tiens. “Prématuré”. Dites, monsieur le ministre, ça fait combien de temps que vous n’en avez pas vus de près, des élèves de CM1/CM2 ? Non, parce que moi j’ai deux CE2, à la maison. Des qui s’intéressent à la vie, comme tous les mômes de leur âge, et qui m’ont justement demandé de leur expliquer le mot homosexualité il y a deux ou trois semaines. Évidemment, à huit ans, se...

Lire la suite...

vendredi 5 février 2010

Rencontre

Elle est écrivain, a une vingtaine d’années de plus que moi. On s’est croisés deux ou trois fois sur des salons du livre, elle m’a fait un jour la gentillesse de m’appeler pour me dire qu’elle avait aimé un de mes bouquins, mais on ne se connaît pas tant que ça. Il y a quelques années, on a travaillé sur un même projet mais à distance et en parallèle, sans jamais se rencontrer ni s’échanger des mails ou des coups de fil. Bref, nous sommes de vagues connaissances. Je vois en elle une femme plutôt calme et réservée, qui se cache un peu derrière la montagne de vêtements qu’elle superpose les uns sur les autres. Je ne sais pas ce qu’elle voit en moi. Un type qui n’est pas encore allé au bout de...

Lire la suite...

mercredi 10 février 2010

Station Opéra

Ils sont au bout de la vieillesse, à l’extrême lisière de ce que ces gens qui exhalent des relents d’antiseptique appellent proprement le “quatrième âge”. Pourtant, ils ne laissent pas s’insinuer les clichés habituels. Sans nier l’évidence du naufrage, ils ont eu à cœur de calfater leur chaloupe. Élégants malgré leurs hésitations tremblées, ils ne sentent pas l’urine incontinente ni la putréfaction des chairs. Et ils ne semblent pas “ployer sous le poids des ans”, comme dit le poncif ; il faut croire qu’au moment du bilan général, seules pèsent les années où l’on s’est ennuyé. Ils avancent à petit pas vers la rame, chacun une grosse canne à la main droite, puis se laissent glisser sur les...

Lire la suite...