novembre 2012

dimanche 4 novembre 2012

Cher monsieur le cardinal Vingt-Trois

Cher monsieur le cardinal Vingt-Trois, j’ai le bonheur de porter à votre connaissance qu’en France, l’église est séparée de l’État depuis 1905. Et que c’est tant mieux, puisque ainsi vos prédécesseurs, grands amateurs de “supercheries”, eux aussi, n’ont pu, à leur grand dam, faire barrage contre la pilule, l’avortement ou la vente libre des préservatifs. Et oué, monsieur le cardinal : nous vivons dans un pays éclairé. Ça fait qu’on peut s’adonner librement aux joies de la sexualité (croyez-moi sur parole, c’est une activité très plaisante) sans que des gens qui ont choisi un métier les obligeant à rester puceaux toute leur vie ne viennent nous chercher des noises jusque sous la couette. Cher...

Lire la suite...