février 2013

samedi 16 février 2013

Les gars du marketing #4

Ce matin-là, un silence douloureux planait sur le bureau des gars du marketing. Le menton posé sur une main, Régis contemplait les bancs d’écume qui dérivaient mollement à la surface de son café, signe que son comprimé d’aspirine avait fini de s’y dissoudre. Face à lui, Jean-Marc se frottait le cuir chevelu en geignant. Comme les gars du marketing s’y étaient attendus, les cours mondiaux du bœuf haché avaient dégringolé pendant le week-end ; le whisky avait coulé à flots pour fêter ça. — Hé, Machin, tu peux respirer moins fort ? demanda Jean-Marc au stagiaire assis à la table d’à côté. Impossible de se concentrer, dans ce vacarme. — Ce n’est pas gentil, de dire Machin, observa Régis. Ça fait...

Lire la suite...

lundi 18 février 2013

Dimanche

Je suis salle d’attente du dimanche soir. Je suis sale d’attente. Je suis la crasse sur le carrelage, le siège délavé graffité taché, la voix saturée annonçant une arrivée voie F. Je suis le vide dans l’œil du vigile et le grognement contenu dans la muselière de son chien. Je suis errance et croisements aveugles. Je suis un hall où se figent des regards sourds : les deux vieilles femmes qui se considèrent sans se voir, l’étudiante fixant un point imaginaire avant de rajuster son sac sur son épaule, le barbu grisonnant plongé dans Ouest-France. Je suis le clochard derrière la vitre, je suis sa main qui tremble pour une cigarette incertaine. Je suis gris poussière, café-lavasse et paninis...

Lire la suite...

lundi 25 février 2013

Ma petite révolution numérique

Ouf ! Aimables internautes, j’ai passé tout mon week-end à bricoler des versions numériques de Faudra se serrer. Bon, je suis loin d’être devenu un expert en 48 heures, hein : il me reste encore des tas de choses à apprendre, de techniques à peaufiner, de problèmes d’affichage et de portabilité à régler. Mais je suis aussi excité et (bêtement) fier qu’en 1998, quand j’avais laborieusement réussi à mettre en ligne mon premier site internet. D’ailleurs, j’ai le sentiment que ça a à peu près la même portée : de la même façon que le web, le MP3 et le divX ont profondément bouleversé nos modes de vie, les bouquins numériques sont en train de nous mijoter de sacrés changements pour l’avenir. Je...

Lire la suite...

jeudi 28 février 2013

L'eau des rêves

— Et c’est quoi, le pitch ? Les mots me manquent pour expectorer tout le mépris que j’éprouve pour la flatulence télévisée qui a popularisé ce sommet de platitude[1] électroencéphalogrammique, à la fin des années 1990. Comme si un livre, un film, une pièce de théâtre ou un opéra pouvaient se réduire à un pitch… Pathétique baudruche, si lisse en surface et si pleine de vide et de méthane, comme tu dois te sentir solitaire, les jours de grand vent… L’ennui, c’est qu’à cause du clichetonneur cathodique sus-évoqué, on est un paquet à vivre également d’épais moments de solitude, dès qu’il s’agit de parler de bouquins. Tenez, essayez d’offrir un exemplaire de Socrate dans la Nuit (du lumineux...

Lire la suite...